Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yoga et méditation : leurs multiples bienfaits éprouvés pour la Santé Globale !

YOGA-santé

Le Yoga et les postures inversées, partie I

Nous avons commencé à explorer ensembles ces fameuses postures inversées et savons à quel point elles sont bénéfiques et même «rajeunissantes» pour tous nos systèmes!

6057416553_21670fc360.jpg

 

Voyons donc aujourd'hui plus spécifiquement les postures sur les épaules qui sont mentalement beaucoup plus accessibles que les postures sur la tête. En ayant le regard face au plafond, vous voyez parfaitement ce qui se passe. Toute crainte s'envole et vous êtes aussi en mesure de mieux vous aligner par vous-même!

 

Le prana va se concentrer dans la nuque, les épaules et le haut du dos mais tout le bas du dos va en bénéficier grandement aussi, car l'énergie débloquée à une extrémité travaille obligatoirement à l'autre extrémité! Elles ont par ailleurs le mérite d'inverser les courants énergétiques qui nous gouvernent (cosmiques et telluriques) habituellement de haut en bas. Sachant leur grande influence sur tous nos phénomènes vitaux, cet effet équilibrant est tout aussi primordial.

 

 

Les postures sur les épaules

 

-Sarvangasana ou posture de la chandelle (posture sur les épaules):

Ses dénominations ou traductions peuvent prêter à confusion. En examinant la racine sanskrite, nous pourrions mieux comprendre qu'avec «sarva» signifiant «tout, tous» et «anga», «membres, parties» les termes de «pose pour toutes les parties du corps» ou encore «posture de tous les membres levés» seraient plus exacts! Parfois aussi nommée «posture complète» nous avons précédemment détaillé une partie de leurs bienfaits immenses pour tonifier tous les organes vitaux, stimuler les glandes endocrines (thyroïde notamment) mais aussi permettre un fonctionnement efficace et équilibré de la physiologie au grand complet. Voyons plus particulièremt comment y entrer, comment en sortir et quels adaptations nous pouvons en faire.

 

Son exécution

Position de départ:

-Soyez étendu confortablement sur le dos en savasana

- Alllongez les bras le long du corps et mains bien à plat au sol.

- Joignez les jambes et gardez-les tendues

Respirez normalement en redressant les jambes tendues à la verticale, puis soulevez le bassin du sol en poussant au besoin avec les bras et les mains. Soulevez les jambes à 45 degrés (pour la demi-chandelle-viparita karani). Portez vos mains aux hanches en pliant les coudes pour bien soutenir votre dos et tranquillement dirigez-les plus haut, vers les omoplates pour monter en chandelle complète, avec les jambes complètement droites à 90 degrés. Le menton est en direction du sternum.

 

Respirez avec l'abdomen. Gardez la position aussi longtemps qu'elle est confortable en vous concentrant sur l'immobilité et la détente. Laissez l’énergie circuler à partir de vos pieds et bien emplir tout votre corps. Détendez votre tête en vous concentrant sur la gorge, visualisez-y une lumière bleu turquoise (chakra de la gorge) en sentant la paix s'installer en vous .

 

Pour sortir de la posture :

Redescendez lentement en portant les jambes parallèles. Déposez vos mains et vos bras au sol en poussant sur celui-ci afin de vous aider à «freiner» la descente au besoin, tout en contractant les muscles abdominaux. Redescendez les jambes doucement, idéalement tendues. Si vous sentez que vos abdominaux ne sont pas assez forts, que votre tête veut se soulever, ne forcez pas. Pliez les genoux et arrondissez le dos en soulevant la tête (menton vers la poitrine) pour éviter un trop gros choc à votre colonne.

Détendez-vous une fois au sol en savasana. Tournez la tête de gauche à droite au besoin. Avalez la salive pour bien détendre la gorge. Ne vous relevez trop vite. Ressentez les bienfaits de la posture.

 

Les multiples bienfaits sur tout le corps et la santé :

- procure une meilleure circulation veineuse au niveau des jambes et de l’abdomen;

- décongestion des organes du bas-ventre (soulage les hémorroïdes);

- améliore la circulation dans les jambes et prévient les varices;

- soulage les ptoses (descentes d'organes) rénales, stomacales intestinales et utérines;

- draine, décongestionne et fortifie l'abdomen (efface les stases sanguines des viscères)

- favorable pour le cœur;

- augmente l’irrigation cérébrale avec une grande quantité de sang frais, éliminant les spasmes vasculaires à l'origine de certains maux de tête;

- favorise la mémoire et accroît les facultés cérébrales;

- prévient le vieillissement prématuré, chasse la fatigue;

- détend le visage, évite les rides (surtout du front) et irrigue le cuir chevelu, nourrit la racine des cheveux;

- assure un bon fonctionnement des glandes sexuelles (femmes et hommes);

- très bénéfique en cas de troubles ovariens;

- aide au bon fonctionnement de la thyroïde, du thymus, de l'hypophyse et de l'hypothalamus;

- libère, tonifie et régénère les filets nerveux entourant la colonne vertébrale, aide à retrouver sa courbure normale;

- favorise la respiration diaphragmatique (bon pour les asthmatiques);

 

Contre-indications principales :

- pression sanguine trop élevée ou trop basse (hypertension ou hypotension artérielle);

- forts maux de tête ou migraines;

- période des menstruations (si abondantes) ou maux de ventre;

- grippe ou fièvre;

- en cas de digestion non terminée;

 

Variations, enchaînements et contre-posture :

Une fois bien installé dans la posture de la chandelle, vous pouvez y inclure une phase dynamique, moins connue, qui consiste à abaisser une jambe après l'autre, lentement, en arrière, vers le tapis. Cet enchaînement vous préparera également à la posture très souvent après la chandelle, à savoir la charrue (halasana).

 

Soyez patient si vos orteils ne touchent pas le sol, vous pouvez déposer une chaise derrière de vous, pour y poser vos pieds et lentement apprivoiser ces nouvelles étapes.

 

Quant à la demi-chandelle, une posture adaptée avec un coussin rectangulaire, spécialement conçu pour les variantes «supportées», elle pourra avoir des bienfaits régénérant sur tout l'organisme.

 

Il me plaît aussi parfois de joindre mes plantes de pieds ou encore de poser un genou au front et d'appuyer l'autre genou, jambe bien tendue sous la plante du pied.

 

La charrue (Halasana) complète bien la posture de la chandelle, en amenant les mains et les pieds au sol en arrière de la tête (ou vers l'avant-pour les bras et les mains), mais elle requiert certes, un plus grand assouplissement de la colonne vertébrale. Vu que la respiration sera entravée un peu plus, on préfèrera dans un premier temps pour s’y habituer tranquillement placer une chaise juste en arrière de soi pour y déposer les pieds. Une fois bien à l’aise vous pourrez prendre un plus petit banc, et ainsi de suite, jusqu’à ce que vos orteils touchent le sol.

Il est bien important de travailler en douceur sans saccade, sans contracter ni le visage, ni le cou ni les mâchoires.

L'effet revitalisant et rajeunissant de la charrue tient au fait que la colonne, la moelle épinière et que tout le système nerveux sympathique sont grandement tonifiés. La posture garde la colonne souple et stimule encore plus la glande thyroïde en contribuant au maintien de son bon fonctionnement. Tous les bienfaits de la chandelle s'y appliquent, mais elle a aussi, par l’effet de massage des cuisses sur l’abdomen, de grands bénéfices pour la rate, le foie, le pancréas, les intestins, les glandes sexuelles, et permettrait même de chasser l’embonpoint et la cellulite.

 

Préparations aux inversions :

Pour préparer le corps à ces postures inversées, je conseille souvent de débuter par le demi-pont qui, tout en douceur, fortifiera les épaules, le cou et le haut du dos, tout en inversant très légèrement le haut du corps.

À partir de la posture de coucher dorsal, ramenez vos pieds près des fessiers, écartés à la largeur de vos hanches, et gardez les bras le long du corps. En inspirant, poussez avec vos pieds dans le sol et levez tranquillement le nombril vers le plafond. L’abdomen, le thorax puis la poitrine se soulèvent et, à la fin de l’inspiration, le menton est complètement collé contre le sternum. Vous redescendez ensuite au sol en expirant, en synchronisant bien votre respiration avec le déroulement lent et contrôlé de la colonne vertébrale. Le bas du dos et les fessiers touchent le sol à la toute fin de l’expiration. Cette belle préparation fortifiera votre cage thoracique, surtout dans sa phase statique, débloquera le souffle et apportera un regain d’énergie en raison de par l’afflux d'oxygène plus important dans tout le corps.

 

 

Le poisson :

Traditionnellement, nous enchaînons, chandelle, charrue avec leur contre-posture, le poisson qui vient contrebalancer leurs effets. Après avoir comprimé la nuque, les vertèbres cervicales, la gorge, bloqué la respiration thoracique et claviculaire dans la chandelle et la charrue, le poisson ouvrira la poitrine et les côtes, étirera la nuque et dégagera le cou et la compression de la thyroïde. La posture assure leur pleine efficacité puisqu’elle équilibrera ainsi leurs actions. Elle ouvrira en outre grandement la cage thoracique bien souvent très comprimée dans nos civilisations, réduisant tout autant notre capacité respiratoire et notre énergie vitale. Le poisson corrige également la position des épaules et améliore notre maintien. Stimulant les glandes endocrines (surtout surrénales et génitales), elle régularise les productions d'adrénaline et de cortisol si efficaces dans la gestion du stress.

 

 

Instructions du poisson :

En position de coucher dorsal, venez porter vos mains sous les cuisses, face contre le sol, rapprochez vos coudes l’un de l’autre et basculez votre bassin. Ouvrez la poitrine en vous redressant comme pour vous asseoir. En appui sur les coudes, tirez bien votre nombril vers l’avant, cambrez le dos vers l’arrière et doucement laissez la tête descendre vers le sol. Posez le dessus de la tête au sol, en vous assurant de bien détendre tous les muscles du visage et les mâchoires. Une fois le dessus de la tête bien en place vous pouvez dégager les bras et les mains puis les garder le long du corps bien détendu.

 

Pour sortir de la posture vous replacez vos mains sous les cuisses, rapprochez les coudes l’un de l’autre légèrement pour prendre appui et dans un mouvement assez rapide sur l’inspiration, ramenez la tête vers l’avant, en regardant le nombril, pour ensuite placer la tête au sol, ainsi que vos épaules et tout votre dos, bien à plat, pour un repos complet en savasana.

 

Il est agréable bien souvent de tourner la tête de gauche à droite pour bien détendre et irriguer la nuque, le cou et la thyroïde et bien entendu de demeurer assez longtemps en savasana pour permettre aux bienfaits de ces postures de bien s’intégrer dans le corps.

 

En conclusion :

Lorsque vous commencez à pratiquer des postures plus avancées comme celles que nous venons de voir, la chandelle la charrue, le poisson, vous développez immanquablement plus de force, d'endurance et de contrôle respiratoire, le tout dans le respect constant de vos limites. Ayant un grand effet régénérant, les postures inversées augmentent votre vitalité, soulagent vos jambes, améliorent votre circulation sanguine et stimulent votre système hormonal. Elles favorisent aussi la concentration et le sommeil, et nul ne saurait s'en passer dans une pratique de yoga régulière!

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Merci pour toutes ces informations précises et intéressantes.
Dommage qu'il n'y ait pas de photos pour suivre ces explications.
A bientôt
Karine
Répondre